La Castillo de San Marcos

La Castillo de San Marcos à Sainte-Augustine en Floride

Les murs extérieurs ont étés construits en 1600 pour protéger le fort "Castillo de San Marcos" contre les batailles qui eurent lieu à Sainte-Augustine.

Découvert par le conquistador espagnole <Ponce de Léon>, Sainte-Augustine fût fondées en 1565. Après les attaques brutales des Anglais, les résidents de Sainte-Augustine furent anéantis. Les espagnoles construisirent cette forteresse de Castillo de San Marcos pour protéger la ville. Construit avec de la Coquina (ce sont des fragments de coquillages et de corail. Nous pouvons trouver des maisons fabriquer avec ce matériaux naturel en Bretagne et Normandie). Le fort pouvait ainsi absorber les attaques brutales de Anglais.

 

- Témoignages :

- Doyle Sapp (US Ranger du Parc et superviseur du Site) : Le seul moyen de prendre ce fort était de faire un siège. Castillo à subit deux sièges et durant le plus long des deux, on a vu 1300 civils et 200 soldats enfermer dans le fort pendant 51 jours. Ils étaient entourés par les Anglais, alors ils se sont barricadés dans le fort"Après 50 batailles et 2 sièges majeurs, Castillo n'est jamais tombé face à l'ennemi. Et depuis des siècles alors qu'il n'y a plus de batailles, beaucoup pensent qu'il est toujours gardés par des soldats pour protéger les murs.

 - Eric Sponberg : "Je suis résident ici, et nous pensons qu'il y a des activités paranormales. Cependant les personnes qui travaillent dans le fort vous dirons probablement le contraire. C'est un parc national et je pense que le gouvernement a une position officiel sur les esprits"

 - Dusty Smith : "Un nombre important ont été tués ou perdus dans cette cour ou encore dans les prisons"

 - Allison Edwards : "Nous plaisantons sur le fait que c'est le plus grand cimetière de la ville. Les gens roulent sur l'enfer et les corps. Il y a quelque chose d'attractif dans le sol et qui se colle à vos chaussures lorsque vous marcher à cet endroit"

 - Dusty Smith : "Lors d'une de nos enquêtes à Castillo, on a levé les yeux vers les canons et il y avait des soldats espagnols qui se tenaient là, en uniforme. On avait un sentiment de protection comme s'ils étaient encore là pour nous protéger"

 - Ray Couch (Guide touristique) : "C'était un dimanche de Superbowl. La ville était morte et nous avons commencé à entendre des bruits de bottes sur le bois. Nous n'avons rien vu. Le son ressemblait à celui que ferait des personnes qui marcherait les uns derrière les autres. Comme des soldats"

 - Dusty Smith : "Nous avons suivie ces bruits de bottes jusqu'au quartier des soldats. C'étaient des bottes lourdes. Une fois dans la pièce, nous avons entendu des bruits de pas à nouveau et nous avons vu comme des empreintes de corps sur les lits"

 - John Stavely (Auteur) : "J'ai été témoin de beaucoup de choses : chutes de températures, toucher de nuques, bruits de pas... On m'a poussé également".

 Et parmi les nombreuses menaces de Castillo nous avons aussi les pirates. Le pirate <Andrew Ranson> fit l'horrible expérience de la rage dont pouvait faire preuve les espagnols pour protéger leurs terres.

Son bateau s'étant échoué sur la côte, il fut capturé.

 - Cal Colgan : "Les espagnols avaient ligotés Andrew Ranson et ont voulus le faire périr sur le garrot. Le garrot consistait à faire passer une corde autour du cou, noué par un bâton. Le bâton servait pour resserrer les liens autour du cou. C'était une morte lente. J'ai une photo de moi, où à mes côtés on distingue une silhouette transparente (photo disponible dans l'album)"

 - Karen Harvey (Guide touristique et auteur) : "Quand les américains sont venus en 1821, les canons avaient disparus et ils ne les ont pas retrouvés. Finalement, ils ont réalisés qu'il y avait une pièce à cet endroit (dans la salle des canons). Ils ont découvert une entrée qui donne sur une voûte. A l'intérieur, ils y ont découvert des squelettes enchaînés aux murs. Sûrement, des squelettes de personnes qui furent capturés et attachés dans le cachot pour y mourir. On appelle cette pièce le "Dungeon" ou "The Bones Room". Il y a encore les trous où se trouvaient les chaînes"

 Les espagnols ne sont pas les seuls a avoir eu des prisonniers à San Marcos. Pendant le règne des États-Unis dans les années 1800, des indiens furent emprisonnés. Et on raconte que leurs esprits sont toujours enfermés dans le fort.

 - Eric Sponberg : "On peut voir une orbe blanche flotter au dessus du mur Nord, cela ressemble à une tête humaine avec un turban. Nous pensons qu'il s'agit du chef indien Séminole du nom de Osceola que le Général Jessup avait capturé. Osceola fut tenu en captivité. Quand il fut capturé, Osceola avait la malaria et il mourût le 31 janvier de cette maladie. Le docteur Weedon qui était un de ses amis avait prit un couteau et a coupé sa tête, qu'il a ensuite conserver pour ses études en anatomie. Il se servait même de cette tête pour faire peur à ses enfants lorsqu'ils refusaient de s'endormir. Le fantôme de cette tête est revenu et prend l'apparence d'une orbe qui ressemble à une tête avec un turban.

 Osceola est né en 1804. Bien qu'il ne fut pas chef par hérédité ou élu, il fut un jeune leader séminole provoquant par sa résistance à l'émigration indienne. En 1835, il plongea son couteau dans le traité que les Américains lui demandait de signer, dans le but de déplacer son peuple vers le territoire inoccupé du Mississippi ouest. L'acte provoqua la deuxième guerre séminole, un jeu, en Floride, du chat et de la souris qui dura 7 ans contre les troupes fédérales. Osceola marqua l'Histoire par ses combats victorieux contre cinq généraux américains, l'assassinat d'un agent américain aux affaires indiennes, et imposa l'idée d'un peuple fort et qui ne se rend pas. Il fut aidé par Abiaka. Dupé par des faux pourparlers de paix avec le général Thomas Jessup, il fut capturé en 1837 alors qu'il portait un drapeau blanc en signe de trêve, et fut emprisonné à Fort Moultrie, en Caroline du Sud. Cette tromperie révolta George Catlin qui lui rendit visite en prison dès qu'il le sut. Ils devinrent amis, et Osceola accepta volontiers de poser pour faire son portrait. Catlin écrivit que "cet individu brave a l'esprit cassé, et il est prêt à mourir dès que son souffle finira". Peu après que son portrait soit achevé, Osceola mourut de malaria en 1838. Le nom d'Osceola est issu du terme indien "Asiyahola", le cri poussé par ceux qui boivent la boisson noire de cérémonie, qui est supposée nettoyer le corps et l'esprit.

 En 1565, les espagnols fondèrent donc Sante-Augustine, en Floride. C'est la plus vielle ville d'Amérique. Castillo de San Marcos est une forteresse de 10 hectares qui fut construite pour protéger la ville des invasions extérieurs. Il y a énormément d'allégation d'apparitions de soldats et de prisonniers.

 - Andy Nance (Auteur) : "A la dernière visite du Shérif et du Docteur, ils ont vu un homme se balader en haut du fort. Ils y sont allés mais il n'y avait personne. Sûrement un soldat qui faisait sa ronde"

 - Karen Harvey (Guide touristique et auteur) : "Dans les Quartier de haute sécurité (c'est ainsi que les espagnols nommait cette pièce), on a eut une agression. La pièce est sombre dans tout les sens du terme. Une amie s'est enfermé ici, elle était assise sur une chaise et on a fermé la porte complètement et elle a été attaqué.

 L'Espagne a fournit les bases solides d'un nouveau monde à Sainte-Augustine. Par le biais de l'établissement d'un empire et au travers de l'acquisition de la terre. Mais aussi, le plus souvent au travers de la violence.

 - Dusty Smith : "Les espagnols furent envoyés pour convertir les français Huguenots = protestants. Et Pedro Menendes, leur a demandé de ce convertir ou mourir. Et ils ont tous choisit de mourir. C'est arriver au fort de Matanzas sur Parris Island"

 

Le fort de Matanzas à été fait de la même matière que Castillo de San Marcos à savoir avec de la coquina transformé en briques. Matanzas signifie <massacre> en français. Et c'est effectivement ce qui s'est passé sur cet île. En septembre 1565, ils ont capturés 250 hommes et les ont tuées sur l'île. En effet, les français avait une colonie à Jacksonville, ils étaient protestants mais les espagnols, eux, étaient catholiques. Depuis des siècles, c'est la même histoire qui se répète dans le Monde.

D'une superficie de 0,91 km2, le monument national est constitué d’un ancien fort espagnol datant de 1740, d’un marais salant et d’une barrière d’îles le long de la rivière Matanzas River à proximité des côtes de la Floride. Il est géré par le National Park Service tout comme le monument national de Castillo de San Marcos tout proche et d’autres sites plus petits situés dans la ville de Saint Augustine. Le fort garde l’embouchure de la rivière Matanzas qui peut servir de voie d’accès à la ville de Saint Augustine. Il apportait une défense supplémentaire à la ville en plus du fort de Castillo de San Marcos. C’est en 1740 que le gouverneur de Géorgie James Oglethorpe utilisa l’embouchure de la rivière Matanzas pour attaquer la ville (alors espagnole). La ville fut assiégée durant 39 jours mais résista. Les Espagnols réalisèrent que l'embouchure de la rivière devait être fortifiée en vue de mieux protéger la ville. Le gouverneur espagnol Manuel de Montiano ordonna la construction dès 1740 et les travaux furent achevés en 1742. Des esclaves et des troupes originaires de Cuba furent utilisés pour le chantier. Le fort est construit en coquina, une roche calcaire tendre constituée de coquillages et que l’on trouve dans la région. Ses côtés sont longs de 15 mètres et il est équipé d’une tour d’environ 10 mètres de haut. Le terrain marécageux où il fut construit fut en premier stabilisé par enfoncement de pieux dans le sol. Le fort accueillait en temps normal un officier, quatre fantassins et deux canonniers mais il pouvait en accueillir davantage en cas de nécessité. Les soldats étaient régulièrement relevés par des soldats de la ville. Au total, cinq canons furent placés sur le fort et pouvaient tous atteindre l’embouchure de la rivière située à moins de 800 mètres à l’époque. En 1742, les Britanniques commandés par Oglethorpe revinrent au niveau de l’embouchure avec douze navires. Le fort coula les bateaux de débarquement et les navires prirent la fuite sans attaquer le fort. Ce fut la première et la dernière fois que le fort fut mis à contribution. L’Espagne perdit la Floride lors du traité de Paris de 1763 avant de la récupérer en 1783 après la signature d’un nouveau traité. L’Empire espagnol s’affaiblissant, il arrêta d’entretenir le fort et quand les États-Unis prirent le contrôle de la Floride en 1819, le fort n’était plus habitable. Les États-Unis ne s’en sont jamais servis par la suite et le fort devint une ruine. En 1916, des travaux de restauration débutèrent et en 1924, le fort fut proclamé monument national américain. Sa gestion fut ainsi transférée du département de l’Armée vers le département du National Park Service le 10 août 1933. Le monument fut également ajouté au registre national des sites historiques (National Register of Historic Places) le 15 octobre 1966. Le centre d’accueil des touristes a également été ajouté à ce registre le 31 décembre 2008. Le fort est uniquement accessible par bateaux, pour des visites guidées. Des sentiers de randonnées sont disponibles sur les îles proches.

 Le fort de San Marcos à de multiples phénomènes paranormaux inexpliqués. Il est chargé d'histoire et sûrement que les soldats continuent de revivre les sièges du passé. Il serait bien d'explorer si la chimie du coquillage et corail (pour fabriquer la Coquina) n'agirait pas comme une batterie ou une mémoire vive afin que les évènements du passé soient enregistrés comme des données et ressurgissent par moment.

E-monsite